Vrai & Faux sur le régime cétogène, 2nde partie

This post is also available in: Anglais

Avec la popularité croissante du régime cétogène, nous avons souhaité mieux comprendre comment ça marche, qui est le candidat idéal, et quelles sont les idées reçues. Nous avons interrogé trois experts sur le sujet. Voici notre seconde interview, avec le Dr Scott L. Bergman.

Parlez-nous de votre pratique.

Je suis chiropracteur dans la Bay Area de San Francisco. Dans ma clinique, je suis spécialisé en médecine fonctionnelle et en performance sportive.

Qu’est-ce que le régime cétogène?

Le régime cétogène est un régime basé sur un apport important en graisses, un apport très faible en glucides et un apport modéré en protéines pour que le corps n’utilise plus de glucose et de glycogène mais commence à utiliser les corps cétoniques comme carburant, non seulement pour chaque cellule du corps, mais, et c’est le plus important, pour le cerveau aussi.

Quelles sont les idées reçues les plus courantes sur le régime cétogène?

Les idées reçues les plus courantes sur le régime cétogène sont : J’ai besoin de glucides pour fonctionner; je dois me charger en glycogène pour la compétition; manger gras fait grossir; manger gras fera grimper mon taux de cholestérol; on m’a recommandé d’éviter tout ce qui est gras. Depuis les années 1970, on nous inculque dans notre société que nous devons suivre un régime riche en féculents, avec peu ou pas de graisses, et un apport modéré en protéines, donc on parle de 45 ans de rééducation.

Quels rôles jouent les corps cétoniques exogènes?

Si je sens qu’il va être difficile pour quelqu’un de passer en cétose, comme les personnes légèrement en surpoids, et bien sûr les sportifs d’endurance dont les niveaux de cortisol sont élevés et le taux de glycémie tend à être un peu haut, ces personnes ont du mal à s’adapter à la cétose. Les corps cétoniques exogènes augmentent le taux de cétones dans le sang immédiatement. On peut dire que ça introduit l’idée de corps cétoniques dans le métabolisme de l’individu, pour que le corps se dise, « Ça peut peut-être marcher comme carburant ».

Quels sont les effets indésirables ou les signes d’alerte que doivent surveiller les médecins?

La plupart des gens se méfient du régime cétogène à cause de l’acidocétose, et c’est une pathologie physiologique. C’est quelque chose qui se produit lorsque nos niveaux de cétones sont 2 à 3 fois supérieurs aux niveaux d’une cétose alimentaire. Je n’ai jamais rencontré ce cas.

Quels sont les biomarqueurs optimaux à contrôler?

Évidemment, nous pouvons contrôler les niveaux de cétones dans le sang. On peut acheter des appareils de mesure bon marché sur Internet et contrôler non seulement jour après jour, mais aussi voir si un repas en particulier fait grimper ou non les niveaux de cétones.

Le travail sur le sang, le travail clinique que nous faisons — tout dépend de la condition du patient. Faut-il contrôler la glycémie sanguine? Faut-il contrôler les niveaux d’A1C, de protéines C-réactives, d’homocystéines? Certainement la gamme des lipides, en contrôlant les niveaux de cholestérols LDL et HDL fractionnés. Nous contrôlons d’autres marqueurs comme la bio-impédance car nous voulons nous assurer que la graisse viscérale diminue, pour la graisse sous-cutanée, nous voulons nous assurer que les taux d’eau extracellulaire baissent et qu’il n’y a pas de perte de masse musculaire.

À part cela, nous voulons nous assurer de bien contrôler les choses de façon périodique et de rester dans une tendance positive.

Quels patients ne devraient pas suivre ce régime?

Le seul cas où je déconseille un régime cétogène est pour les femmes enceintes ou allaitantes. J’ai constaté que parfois, chez les femmes allaitantes, la production de lait baisse en état de cétose, et nous ne voulons bien sûr pas affamer le bébé; ceci dit, un article a aussi été écrit stipulant qu’au fil du temps, la production de lait augmente. Mais je préfère ne pas le recommander. Pour l’heure, je pense que les femmes enceintes ou allaitantes sont la seule contre-indication.

Quelle est la différence entre le régime cétogène et le régime paléo?

Beaucoup de gens demandent quelle est la différence entre un régime paléo et un régime cétogène, et il n’y a peut-être qu’une ou deux différences principales. Dans les deux cas, on parle d’aliments complets. Dans le régime paléo et le régime cétogène, on supprime tous les glucides raffinés. Le régime paléo semble être centré un peu plus sur les protéines. Il y a des graisses mais pas autant, mais les glucides viennent toujours d’un légume ou d’un fruit. Le régime paléo se concentre sur les glucides et les protéines, tandis que dans le régime cétogène, c’est principalement les graisses, puis les protéines, modérément, et très peu de glucides.

Si on consomme plus de protéines que nécessaire pour notre corps, ces protéines sont décomposées en acides aminés. Ces acides aminés passent par le foie et se transforment par gluconéogenèse pour devenir des sucres. Donc un régime riche en protéines peut en réalité faire grimper la glycémie. Je pense que beaucoup d’adeptes du régime paléo consomment trop de protéines, qui se transforment ensuite en sucres.

Nous donnons la quantité de protéines adaptée. Pour déterminer les niveaux de protéines adaptés pour chacun, on contrôle la bio-impédance, on contrôle la masse musculaire maigre, on base leurs besoins sur leur métabolisme, donc on ne dépasse pas environ 20 % de leur métabolisme de base global, et on reste sur cette quantité de protéines. Cela représente 25 à 30 grammes de moins que ce que je prescrivais lorsque nous faisions le régime paléo. Donc le régime cétogène protège les muscles. Vous n’avez pas besoin d’autant de protéines. Nous savons qu’en restant sur ces 20 %, cela ne sera pas converti en sucres.

Quelles sont les objections fréquentes des patients?

Il y a une résistance de la part des patients à cause de notre éducation alimentaire : on apprend qu’il faut suivre un régime riche en féculents, sans graisse, sans œufs, sans beurre, sans graisses saturées d’aucune sorte. Qu’il faut utiliser uniquement des huiles végétales polyinsaturées. C’est la seule façon de garder un cœur en bonne santé. « Mon cholestérol va crever le plafond. Je ne veux pas finir sous statines ».

Tout ça, c’est dépassé. Nous savons qu’aucune étude ne lie le cholestérol avec les maladies cardiovasculaires. Et le cholestérol a très peu à voir avec les gammes de lipides que nous contrôlons. Nous contrôlons les LDL et les HDL, les lipoprotéines à faible densité. Ce n’est pas du cholestérol. Les LDL transportent le cholestérol pour réparer les tissus, pour réduire l’inflammation, pour créer un état de récupération. Les HDL prennent le vieux cholestérol et le ramènent au foie pour être recyclé. Dire que le cholestérol est la cause des maladies cardiaques revient à dire que les pompiers sont la cause d’un incendie.

Vous voulez en savoir plus sur le régime cétogène?  Lisez la première interview   de la série, avec le Ryan Lazarus, MS, CNS, DC.

À propos de Scott Bergman :

Le Dr Scott Bergman est chiropracteur, naturopathe certifié et praticien certifié en médecine fonctionnelle à Walnut Creek, en Californie. Depuis 1993 il est le directeur de Chiro Kinetics, une clinique intégrative qui associe la chiropraxie, la rééducation, le Pilates, le yoga abdominal, la médecine fonctionnelle et la résonance biologique. Depuis plus de 25 ans, le Dr Bergman présente des informations sur la santé, la nutrition et la forme physique dans le monde entier auprès de nombreuses entreprises, écoles, et groupes sociaux et communautaires.

Il est membre de la California Chiropractic Association, de la Contra Costa County Chiropractic Society et de l’Institut de médecine fonctionnelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bitnami