Vrai & Faux sur le régime cétogène, 1ère partie

This post is also available in: Anglais

Avec la popularité croissante du régime cétogène, nous avons souhaité mieux comprendre comment ça marche, qui est le candidat idéal, et quelles sont les idées reçues. Nous avons interrogé trois experts sur le sujet. Voici notre première interview, avec Ryan Lazarus, MSc, CNS, docteur en chiropraxie.

Qu’est-ce que la cétose?

La cétose est un état métabolique du corps humain qui se produit en cas de manque de glucides ou en période de disette ou de jeûne. C’est un mécanisme évolutionnaire essentiel qui réinitialise le métabolisme pour nous permettre de demeurer résistants et vifs en période de famine. En bref, elle crée une certaine souplesse métabolique qui nous permet d’utiliser efficacement les graisses comme carburant lorsque nous ne trouvons pas de glucose.

Qu’est-ce que le régime cétogène?

Le régime cétogène est un régime alimentaire stratégique spécifiquement conçu pour faciliter la production de corps cétoniques. La répartition des macronutriments est d’environ 70-75 % de graisses, 20-25 % de protéines, et 5-10 % de glucides. La teneur en graisses est très importante. Le régime cétogène met l’accent sur les bonnes graisses, de qualité et non traitées, comme les acides gras polyinsaturés, monoinsaturés, et saturés. Cela se trouve dans les noix de coco, l’huile de noix de coco, les produits à base de noix de coco, le beurre, le ghee, les olives, l’huile d’olive, les avocats, les noix, les noix de macadamia, des graisses de bonne qualité que notre corps peut utiliser comme carburant propre.

Les glucides se trouvent dans les féculents sans amidon, de préférence dans des légumes colorés variés, et le régime consiste donc en repas équilibré fait de graisses de qualité, d’une protéine de qualité, maigre et d’une variété sauvage ou élevée en plein air, et de légumes sans amidon variés.

Quelle est l’histoire du régime cétogène?

Le régime cétogène est né au début du XXe siècle. L’intérêt pour ce régime a été éveillé par certains chercheurs qui ont commencé à faire des expériences et à les documenter.

Depuis environ 20 ans, une poignée de chercheurs réputés consacrent beaucoup de temps à étudier les spécificités de la cétose, les corps cétoniques, leurs bénéfices thérapeutiques, et la recherche émerge et indique clairement que ce régime offre de nombreux bienfaits thérapeutiques aux êtres humains.

Quelles sont les implications communes du régime cétogène? Qu’est-ce qui est supporté par des preuves scientifiques?

La science est encore émergente, et les chercheurs commencent juste à comprendre les bienfaits thérapeutiques du régime cétogène et des corps cétoniques.

Le régime cétogène et les corps cétoniques réinitialisent les mitochondries, qui peuvent ensuite répartir les carburants convenablement.

Pourquoi est-il utilisé par les sportifs?

Au lieu de se fier entièrement au glucose, qui est mal stocké dans l’organisme sous forme de glycogène dans le foie et les muscles — le corps peut stocker environ 2 000 calories — les sportifs se sont adaptés à la cétose, ce qui fait qu’en cas d’exercice intense, de longue durée ou fréquent, leur métabolisme a la souplesse et la capacité de puiser de l’énergie directement dans les dépôts graisseux.

Cela donne un grand nombre d’avantages. Cela évite par exemple l’effet de mur, qui est la baisse dramatique de performance dans l’effort et la production d’acide lactique lorsque la réserve de glucose est épuisée.

Les sportifs adaptés à la cétose peuvent utiliser leur graisse et bénéficient d’un apport énergétique constant et de moins de stress oxydatif. La combustion de graisses et la bêta-oxydation et la production de corps cétoniques constitue un carburant plus propre que le glucose. Le glucose est un carburant plus rapide; la bêta-oxydation et le métabolisme des graisses produit moins de stress oxydatif. Cela se traduit par une meilleure récupération, une meilleure performance, et une réduction du vieillissement cellulaire. Des recherches ont également démontré la conservation de la masse maigre chez les individus adaptés à la cétose.

Quel est le calendrier recommandé pour suivre ce régime?

Je recommande aux patients de passer par une période d’adaptation à la cétose pour ressentir les bénéfices physiologiques, qui sont une meilleure acuité mentale et une énergie durable avec moins d’inconfort, une récupération optimale, une sensation de satiété, la fin de la sensation de faim constante, et la fin des problèmes liés aux hausses et aux baisses du taux de glycémie.

La période d’adaptation à la cétose dure généralement entre deux et six semaines. Cette période varie d’une personne à l’autre. Il faut expérimenter, voir comment on se porte, contrôler les biomarqueurs en laboratoire, puis mettre en œuvre un régime cétogène durable et réaliste.

Quels biomarqueurs utilisez-vous pour évaluer son efficacité?

Il est important de mesurer les marqueurs sanguins qui ont tendance à s’améliorer chez les personnes adaptées à la cétose. Vous constaterez une baisse des triglycérides; et une hausse du cholestérol HDL. Le rapport HDL/triglycérides est un rapport très facile pour évaluer la résistance à l’insuline, et comme le régime cétogène augmente la sensibilité à l’insuline, vous verrez une amélioration de ces marqueurs. Il est très importer de contrôler les types spécifiques de cholestérol LDL, les lipoprotéines.

Les changements majeurs que nous constatons sont une amélioration de la glycémie à jeun et de l’insuline à jeun, et évidemment de l’hémoglobine A1C. D’autres marqueurs viables sont les protéines C-réactives. Vous verrez une baisse des protéines C-réactives chez les personnes adaptées à la cétose ou qui brûlent efficacement les graisses.

Quelle est la méthode recommandée pour tester les niveaux de cétones?

Il existe trois façons de contrôler les niveaux de cétones. La première et la plus favorisée est par une analyse de sang. C’est comme lorsqu’un diabétique se pique le doigt pour contrôler sa glycémie. Des contrôleurs peuvent indiquer les niveaux de bêta-hydroxy butyrate dans le sang. La seconde est par une analyse d’urine. Celle-ci contrôle le niveau d’acétoacétate. Une personne peut contrôler l’acétone par la respiration.

Les niveaux de cétones dans le cadre d’une cétose alimentaire sont de 0,5 à 3 millimolaires par litre, et nous connaissons les bénéfices de cette plage. J’ai lu des recherches indiquant que pour une meilleure constitution corporelle et une perte de poids, une bonne plage doit aller de 0,5 à 1 millimolaire, et de 1 à 2 millimolaires pour des bénéfices neurologiques et cognitifs, et pour inverser des problèmes métaboliques et réinitialiser les mitochondries, les niveaux peuvent aller de 1 à 5.

Quels types de patients ne devraient pas suivre le régime cétogène?

Les cas les plus évidents sont les personnes atteintes d’une forme de déficit mitochondrial héréditaire qui les rend incapables de décomposer les graisses ou chez qui le cycle de Krebs ne fonctionne pas. Les personnes concernées le savent — ces déficiences sont connues dès la naissance. D’autres contre-indications absolues concernent les personnes atteintes d’une forme d’insuffisance digestive, ou ayant un passif de pancréatite, une lipase insuffisante et/ou des problèmes de vésicule biliaire, tout simplement parce qu’elles ne peuvent pas décomposer correctement les graisses.

Les personnes avec un pontage gastrique qui ont un problème de mécanisme ou un changement anatomique dans la façon dont elles traitent la nourriture et les volumes de nourriture doivent bien réfléchir avant de commencer un régime cétogène. Les femmes enceintes ou allaitantes ont une physiologie unique, et je ne pense pas que cela soit le bon moment pour faire des expériences sur leur corps. Les personnes ayant une résistance grave à l’insuline doivent être bien suivies et ont tout intérêt à planifier leur régime avec un médecin. Les autres sont les sportifs qui souhaitent commencer un régime cétogène juste avant une saison. Il faut du temps pour voir comment votre corps réagit.

Quel rôle jouent les huiles TCM dans le régime cétogène?

Des recherches récentes ont démontré que des longueurs de chaînes carbonées spécifiques offrent des bénéfices supérieurs à d’autres, en particulier la C8 — l’acide caprylique — et l’acide caprique, C10. Il y a plusieurs acides différents dans une triglycéride à chaîne moyenne, mais C8 et C10 peuvent être utilisés pour alimenter directement le cerveau; ils n’ont pas besoin d’être décomposés par le foie et par lipase. Ils peuvent fournir à une personne une énergie continue.

Des recherches indiquent également qu’ils peuvent faire office de navettes pour faciliter l’acheminement de sels cétoniques vers le cerveau.

Suivre ce programme implique-t-il une restriction des calories?

Une erreur que commettent beaucoup de personnes, lorsqu’elles commencent un régime cétogène, est d’avoir toujours une mentalité de régime, ce qui signifient qu’elles veulent faire plus d’exercice et réduire leurs apports caloriques. Quel que soit le nombre de consignes que je donne à mes patients, il y a toujours une mentalité perte de poids, qui fait qu’ils veulent faire plus d’exercice et manger moins.

Il est très important de s’en abstenir lorsque l’on commence un régime cétogène. Le régime cétogène n’implique pas de restriction calorique. C’est un changement stratégique dans la teneur en macronutriments, qui fait des graisses le carburant principal, et si vous limitez les calories tout en changeant le profil des macronutriments, vous développerez beaucoup d’autres symptômes et vous aurez du mal à vous adapter. Lorsqu’il est suivi correctement, le régime cétogène conserve le même nombre de calories dont vous avez besoin pour votre métabolisme de base ou votre métabolisme ajusté, mais en opérant un changement stratégique pour faire des graisses le principal macronutriment, sans limiter les calories.

Pour plus de questions et réponses sur le régime cétogène, lisez la première partie et la seconde partie de cette série

À propos de Ryan Lazarus, MSc, CNS, docteur en chiropraxie :

En tant que spécialiste en nutrition certifié (Certified Nutrition Specialist™) et praticien certifié en médecine fonctionnelle (Certified Functional Medicine Practitioner™), avec une maîtrise en nutrition humaine et en médecine fonctionnelle, le Dr Lazarus applique les protocoles de la médecine fonctionnelle à chaque patient. Les praticiens en médecine fonctionnelle se concentrent sur les facteurs fondamentaux sous-jacents aux symptômes et aux états de chacun de leurs patients.

Le Dr Lazarus est professeur adjoint d’un programme de maîtrise en nutrition et membre du comité éditorial du Journal international de nutrition humaine et de médecine fonctionnelle. Il se concerte également avec des sociétés nutraceutiques au sujet de formulations de conditions spécifiques. Il est souvent demandé pour présenter et tenir des conférences sur la médecine fonctionnelle dans la Napa Valley et la Bay Area de San Francisco.

Il est conférencier est présente les recherches et les protocoles de la médecine fonctionnelle dans tous les États-Unis. Il contribue à la station de radio The Vine 99.3 KVYN dans la Napa Valley. Il a reçu son baccalauréat ès kinésiologie de l’Université d’État polytechnique de Californie à San Luis Obispo et une maîtrise en nutrition humaine et en médecine fonctionnelle de l’University of Western States à Portland.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bitnami