Voyager avec les anges

This post is also available in: Anglais

Chaque année, Metagenics envoie deux employés ainsi que des membres du personnel de Vitamin Angels pour observer la distribution de vitamines et de minéraux aux femmes et aux enfants dans le besoin. Vitamin Angels apporte un soutien nutritionnel à 61 millions de personnes vivant dans des communautés à risque et défavorisées, et ce, dans 74 pays partout dans le monde.

En novembre 2017, le directeur principal du portefeuille de produits d’innovation de Metagenics, Cuong Nguyen a accompagné les Vitamin Angels aux Philippines. Il partage son expérience avec nous.

Quel est votre rôle à Metagenics?

Je gère le portefeuille de produits d’innovation.

Mon équipe et moi gérons ce processus pour nous assurer que nous explorons les bonnes idées, celles qui représentent les valeurs de Metagenics, que nous le faisons de manière sécuritaire et efficace, et que notre service de marketing soit à même de les planifier.

Qu’est-ce qui vous a poussé à postuler pour participer au voyage Vitamin Angels?

Lorsque j’ai quitté le Vietnam, j’avais à peine deux ans. C’était le dernier jour de la guerre du Vietnam, alors que les Marines quittaient le pays à bord d’hélicoptères. Nous nous sommes rendus à Guam, et c’est là qu’ils nous ont donné de la nourriture, des suppléments et tout le nécessaire pour assurer notre survie.

Même après être arrivé ici, j’ai grandi en me nourrissant de fromage fourni par le gouvernement et en m’habillant de vêtements d’occasion. Je ne possédais qu’un seul jouet. Quand j’ai appris ce que Vitamin Angels fait pour les personnes sous-desservies du monde et à cause de mon vécu similaire, je voulu faire partie de cette initiative. Je voulais en faire partie car j’adore la société qu’est Metagenics et j’adore le fait que nous contribuions à des organismes de charité. Nous fabriquons des suppléments nutritionnels pour les personnes qui en ont les moyens. Et c’est bien qu’ensuite, nous donnions de l’argent à Vitamin Angels. Mieux encore, nous avons l’occasion de voyager avec eux pour voir comment ils utilisent cet argent. C’est pourquoi je voulais m’impliquer.

Quelles sont vos premières impressions?

Vitamin Angels est une organisation incroyable. Le fonctionnement de Vitamin Angels, c’est qu’ils collectent d’abord tous les dons. Ensuite, ils s’associent à des entreprises qui fabriquent de la vitamine A, des comprimés vermifuges et des vitamines prénatales. Bien qu’ils soient déjà une organisation importante, ils ne le sont pas encore assez pour faire tout le travail eux-mêmes. On estime qu’environ 30 % des personnes dans les pays en voie de développement n’ont pas accès aux services de santé gouvernementaux. Vitamin Angels trouve des partenaires locaux sur le terrain dans chacune des zones pour combler certaines de ces lacunes.

Ils nous ont emmenés dans les bidonvilles de Manille. Le niveau de pauvreté y était stupéfiant. Nous avons rencontré Sœur Ava, qui dirige l’une des organisations partenaires sur le terrain à Manille. Nous les avons vus, elle et son équipe, distribuer la vitamine A et les comprimés vermifuges. En outre, nous avons eu l’occasion de rencontrer les enfants. J’ai pris une tonne de photos avec eux. Nous avons déjeuné avec sœur Ava, et j’ai partagé une partie de ma nourriture avec les enfants. Dans l’après-midi, Soeur Ava nous a fait visiter le Catholic charity hospital, l’hôpital qu’elle dirige pour les gens de Manille.

En quoi consiste une journée typique?

Une journée typique consiste à rendre visite aux enfants dans les villages pour observer les distributions de vitamines, déjeuner, puis visiter d’autres enfants dans les villages.  

Quelle a été la chose que vous avez le plus appréciée dans le cadre de votre travail avec l’équipe de Vitamin Angels?

Ce que j’ai préféré c’est réaliser des entrevues avec les familles. Nous passions une à deux heures avec une famille pour apprendre à bien la connaître et discuter avec ses membres. Nous avions des traducteurs pour ceux qui ne parlaient que le tagalog. Nous avons pris des notes, et on nous a demandé de les envoyer à Vitamin Angels pour aider leur équipe à raconter comment les vitamines ont fait la différence. Voilà sur quoi nos questions étaient basées : Comment les vitamines ont-elles changé votre vie? Nous enregistrions ces réponses afin que Vitamin Angels sache que ces familles reçoivent les nutriments auxquelles elles ont droit.

Pouvez-vous nous donner des exemples de certaines des différences culturelles que vous avez remarquées?

Aux Philippines, comme dans de nombreuses autres cultures asiatiques, la famille est une unité très étroite. La famille étendue, c’est la famille en soi. Lorsque nous nous sommes rendus dans ces villages, nous avons remarqué que chaque groupement de maisons (environ six habitations) était toujours occupé par les membres d’une même famille.

Nous avons visité beaucoup de gens qui ne sont pas bien scolarisés. La raison pour laquelle ils ne sont pas scolarisés, c’est qu’ils ont des enfants très tôt dans leur vie. Ensuite, leurs enfants ont eux-mêmes des enfants très tôt et ne finissent pas l’école non plus. Ils travaillent, soit dans le secteur de la pêche ou de la construction, et achètent la nourriture la plus bourrative, par manque de moyens. Donc, ils mangent tous du riz, seulement du riz. Ils ne mangent pas de légumes. Ils cultivent des légumes, mais plutôt que de simplement les manger, ils les vendent pour pouvoir acheter plus de riz. Ils attrapent du poisson, mais ils le vendent, car, au cas où la pêche serait maigre, ils préfèrent acheter plus de riz et s’assurer de nourrir leur grande famille.

Donc ils ne mangeaient ni poisson ni légumes. Ils perdaient leurs dents en raison d’une carence en vitamine; nul doute qu’ils avaient des problèmes. Et si les enfants ont des problèmes, les mamans ne peuvent pas travailler. Quelqu’un doit s’occuper des enfants. Et ce cycle de la pauvreté ne fait que se perpétuer.

Ce que j’aime chez Vitamin Angels, c’est d’avoir la clé pour rompre ce cycle, soit de s’assurer, avant tout, que les enfants soient en bonne santé. Donnons-leur au moins une chance. Donnez-leur de la vitamine A, donnez-leur des comprimés vermifuges, donnez-leur la chance de pouvoir aller à l’école, et c’est comme ça que vous pourrez rompre ce cycle. Ce qu’ils essaient d’accomplir là-bas est tout simplement génial.

Avaient-ils de l’eau potable?

Non, c’est l’une des façons dont ils contractent les vers. On nous a dit de ne pas boire l’eau. Ne buvez pas l’eau quand ils vous en offrent et ne mangez pas la salade qu’ils lavent avec de l’eau. Ils nous ont apporté des bouteilles d’eau partout où nous allions.

Quel a été le moment le plus inspirant pour vous?

J’ai rencontré cette dame; elle s’appelait Pauline. Elle avait une fille. C’était une famille magnifique. Pauline nous a dit que quand elle était plus jeune, elle était allée à l’école. Elle a suivi des cours d’informatique pendant deux ans, puis elle est tombée enceinte. Son mari travaille, mais ne gagne pas beaucoup d’argent. Cependant, son enfant est malade. Il souffre de malnutrition, il a des vers, etc. Parce que son enfant était malade, elle ne pouvait pas travailler. Elle vit maintenant avec sa famille élargie. Sa famille peut garder son enfant, mais comme il est malade et que les enfants de sa famille sont malades eux aussi, ils ne peuvent pas le garder simplement pendant qu’elle part travailler. Ça ne marche pas comme ça. Elle doit rester à la maison avec sa fille.

Mais sa fille continue de grandir. Maintenant elle est en santé et sa soeur peut la garder. Retourner à l’école serait le moyen idéal de permettre à Pauline de réaliser son potentiel. Elle est intelligente !

C’est ce que nous avons dit à Pauline, et elle a commencé à pleurer. Elle a dit que c’est exactement ce qu’elle voulait faire, mais qu’elle a récemment appris qu’elle risquait d’être à nouveau enceinte. Maintenant, nous réalisons que malgré la chance qu’elle a eu, les choses ne se dérouleront pas exactement comme elle le souhaiterait. Elle avait beaucoup de potentiel, mais ils aiment tellement leurs enfants… C’est le sacrifice qu’ils sont prêts à faire.

Je n’ai jamais pensé que j’aurais à choisir. Si je veux aller à l’école, j’y vais, c’est tout ! Elle voulait le faire, et c’est ce qui m’a inspiré à croire qu’il existe un meilleur moyen. Nous devons résoudre ce problème pour eux d’une manière ou d’une autre. Un bébé qui grandit avec les bonnes vitamines et les comprimés vermifuges peut quand même avoir des vers, car les parents ne font toujours pas bouillir l’eau. Tout cela fait partie d’un cycle. S’ils peuvent leur montrer à faire bouillir l’eau, alors plus de gens comme Pauline pourraient s’en sortir et passer à l’étape suivante.

Quel impact croyez-vous que cette expérience aura sur votre vie maintenant que vous êtes de retour?

Je ne pense pas avoir pris cela pour acquis, étant moi-même originaire d’un pays du tiers-monde, grandissant au sein d’un foyer recevant de l’aide sociale, sans argent. Mais bon, au point où j’en suis, tout est différent. On oublie.

Vitamin Angels travaille également aux États-Unis. Comment pouvons-nous atteindre ces gens? Que pouvons-nous faire pour aider les mamans et les enfants à survivre? Pour briser le cycle? Voilà un sujet sur lequel réfléchir. Les engrenages ont commencé à tourner.

Découvrez comment vous pouvez soutenir Vitamin Angels sur VitaminAngels.org/give.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Bitnami